La Corse, l’île aux multiples beautés.

corse

Carnet de route : Bastia et le Cap Corse : 2 jours  -> Saint Florent : 2 jours -> Calvi : 2 jours -> Porto : 2 jours -> Corte : 3 jours -> Porto Vechio : 1 jour -> Bonifacio : 2 jours -> Ajaccio : 1 jour

Tous les chemins mènent en Corse

Il y a tant de choses à faire en Corse, qu’un road trip de 15 jours n’est pas suffisant. Mais il permet néanmoins de se faire une idée sur cette île aux multiples facettes. Nous avons fait ce voyage en septembre, les températures s’adoucissent et il y a moins de gens, une bonne période pour découvrir l’île. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la Corse se rejoint par avion ou par bateau ou même à la nage pour les plus téméraires, mais vous n’aurez pas le choix, il faut traverser la mer.  Nous avons opté pour le bateau, plusieurs compagnies peuvent vous y emmener comme par exemple Corsica-ferries ou SNCM.

Une traversée tout en douceur

 La traversée a ce « je-ne-sais-quoi » qui la rend merveilleuse. Peut-être avons-nous eu également de la chance car à peine nous quittions le port qu’un feu d’artifice éclairait le ciel de Nice de mille feux. Il faisait bon, la mer était calme, nous aurions dû dormir dehors. La traversée a duré un peu plus de sept heures. Nous n’avions pas pris l’option couchette (qui coûtait plus cher (forcément)) et nous avons préféré l’option « je-partage-mon-sommeil-avec-tout-le-monde-et-tant pis-s’il-y-a-des-ronfleurs », beaucoup moins chère mais beaucoup moins agréable également. Si je peux vous donner quelques conseils,  si vous optez pour l’option ferry, prenez un matelas et un sac de couchage pour pouvoir vous allonger dans les couloirs et pourquoi pas quelque chose à réchauffer au micro-onde, il y en a plusieurs mis à votre disposition.

Bastia aux premières lueurs du jour

Au matin, vous commencez à apercevoir l’île, instant merveilleux où sa beauté éclabousse votre esprit et vous laisse des images impérissables. Bastia commençait à apparaître, plus belle que jamais avec le soleil levant. Il était déjà temps de rejoindre la voiture et de partir à la découverte de la Corse…

Pour le premier jour, nous avions décidé de commencer par Bastia, après un bon petit déjeuner dans un bar non loin du port, nous avons laissé nos pas nous guider et nous avons profité du charme de cette ville. Les petites ruelles, les maisons aux couleurs chatoyantes et la mer qui n’est jamais très loin, font de  Bastia une très belle entrée en matière pour celui qui veut découvrir la Corse, mais également une porte d’entrée pour le Cap Corse, qui est absolument à voir !  De l’après-midi, nous sommes donc partis à la découverte de ce Cap, le but était d’aller jusque la pointe et de voir ce qu’on y trouverait.  Une route sinueuse nous a permis de découvrir des petits villages, la côte et la montagne qui tombe parfois violemment dans la mer. Nous aurions du y rester plusieurs jours car le Cap Corse est époustouflant de beauté. Arrivés à la pointe, une plage magnifique et quasi désertique nous attendait, une vraie plage de carte postale avec du sable quasi blanc et une mer transparente. Il s’agissait de la plage de Barcaggio .

Si je devais y retourner, j’y resterais, cette fois, plusieurs jours, tant cet endroit est reposant et permet de recharger ses batteries. Il y a la possibilité de faire des ballades ou simplement profiter de la plage, de la mer et du soleil. L’après-midi touchait à sa fin, il était temps de nous mettre à la recherche d’un camping. Nous sommes partis vers le très beau village de Centuri et nous avons trouvé le camping Isulottu . Très correct, mais soyez prévenus, le sol est dur et il s’agit d’une constante récurrente dans quasi l’ensemble des campings Corse. Centuri est également un petit village de pêcheur qui donne l’impression que le temps s’est arrêté …

Le lendemain, nous avons continué à explorer le Cap Corse, en nous arrêtant ça et là pour découvrir des points de vue ou des endroits qui semblaient cachés. Sachez le, les routes de ce coté là ne sont pas dans un état optimal. Avec notre petite voiture, il était encore possible de passer où nous le désirions, mais je crois que certains autocaristes ou amateurs de caravaning sont encore coincés à certains endroits du Cap Corse tant certains passages étaient étroits. Une particularité est la plage de Nonza d’une couleur noir assez étrange que l’on peut apercevoir du village portant le même nom. La vue est belle et vous pouvez vous restaurer dans un petit bar, proche de la place, sous l’ombre des platanes et là…on est bien… .

Saint-Florent et le désert des Agriates

A la fin de la journée, nous sommes arrivés dans le village de Saint-Florent et nous avons trouvé un camping très agréable avec une superbe vue sur le village. Il s’agissait du camping U Pezzo, situé sur la plage de la Roya. De Saint-Florent, il est assez simple de partir faire une excursion dans le désert des Agriates, celui-ci ne correspond pas à l’idée qu’on se fait d’un désert. En effet, la végétation y est présente et adaptée à la situation, maquis et pins maritimes par exemple. Nous ne pouvions pas faire sans visiter cette merveille de la nature et nous avons décidé d’y passer une journée. Pour nous y rendre, nous avons opté pour l’option bateau. Une fois arrivés et si vous arrivez à passer avant la masse de touristes qui vous accompagne, vous aurez l’impression de jouer aux Robinsons dans un désert, pas si désertique que ça, qui sent bon le romarin, le pin et l’immortelle (une des multiples plantes qui compose le maquis). Après quarante minutes de marche, vous découvrirez une plage magnifique, dans un décor de rêve. Trouvez votre place, mettez un masque et un tuba ou continuez à découvrir les Agriates et profitez de la journée qui s’offre à vous… Mais attention ! Soyez à l’heure pour reprendre le bateau ! Oui , même en vacances il faut être ponctuel… Si vous vous demandez comment rejoindre les Agriates, vous trouverez tout un tas d’échoppes du côté de Saint-Florent qui vous propose le trajet en bateau, en voiture,… et vous pouvez même vous y rendre à pied si le coeur vous en dit.

Calvi et sa citadelle

Par la suite, nous sommes partis vers Calvi, entourée aux deux tiers par la mer, elle a également une forme arrondie. Même à cet endroit, les montagnes ne sont jamais très loins et lorsqu’on la visite durant le printemps, par exemple,  on peut apprécier une superbe vue, celle du sommet des montagnes enneigé qui cotoie la mer. Calvi est également une ancienne citadelle et elle permet, à ceux qui le désirent, de pratiquer la plongée grâce à ses nombreux spots.

Le Capo Rosso et Porto à bout de souffle

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes partis à la découverte du Capo Rosso, il s’agit d’une Presque île, classée au Patrimoine de l’humanité par l’Unesco. De multiples ballades et randonnées sont possibles, dont une qui vous permet d’aller jusqu’à la tour de Turghio, il s’agit d’une des tours génoises de l’ïle. Ces dernières sont présentes un peu partout sur l’île au nord comme au sud. La ballade est facile même si la fin est assez pentue…cependant lorsque vous serez dans cette montée finale, suffocant comme un vieil asthmatique et implorant pour que tout cela s’arrête, souvenez-vous qu’à la fin de cette agonie, vous aurez une nouvelle fois le soufflé coupé…mais cette fois, par le paysage. Vous pouvez également admirer les calanques de Piana, en bateau, à pied ou en voiture, celles-ci ont parfois des formes particulières, ainsi, l’un des rochers s’appelle le château fort, l’autre l’évêque et vous pourrez même admirer les amoureux des calanques. Si vous optez pour le bateau pour admirer cette nature généreuse, c’est une bonne idée car vous serez vraiment au plus près d’elle. Cependant, attention au mal de mer, certains bateaux sont assez petits et sur une mer agitée, ça ne pardonne pas… . Nous avions également un chouette camping, situé à l’entrée de Porto, il s’agissait du camping Sole e Vista, bien situé, avec une piscine et des emplacements tout à fait corrects.

A la découverte des montagnes Corse

Nous avons passé deux nuits à Porto et par la suite,  il était convenu de partir vers les montagnes, en effet, pour une île où le contraste terre et mer est aussi marqué, il serait dommage de ne pas en profiter. Nous, nous sommes donc mis en route vers la ville de Corte, elle occupe une position centrale dans l’île et représente la vie étudiante de la Corse de part son université. La ville s’étend au pied d’une citadelle perchée sur un piton rocheux et est au milieu du Parc Naturel Régional de Corse. La vallée de la Restonica est totalement englobée par la commune de Corte et offre à elle seul son lot de randonnées et de ballades. Après une visite de Corte de sa citadelle et de son musée de la Corse, nous, nous sommes dirigés vers un camping situé non loin d’une rivière et à proximité du départ des Lacs Melo et Capitellu, Il s’agissait du Tuani. L’endroit est agréable, le cadre est magnifique et on peut même se baigner dans la rivière à proximité.

Les joies de la montagne et un soupçon de pluie

Le lendemain, nous avions prévu de faire une randonnée mais celle-ci fut rapidement interrompue par la pluie et l’orage et il est bien connu qu’en montagne « Quand il y a de l’orage, tu dégages ! ». Nous sommes rentrés au camping et avons reçu la visite de quelques vaches, il s’agissait certainement de l’événement majeur de cette journée ! Le lendemain, le soleil était de la partie, nous nous sommes dépêchés pour rejoindre le début du sentier au plus vite mais cette progression fut une nouvelle fois interrompue mais cette fois-ci par des moutons qui descendaient en sens inverses, ceux-ci sont prioritaires, il n’y avait rien d’autre à faire que d’ attendre. Par la suite nous avons pu grimper jusqu’au lac de Melo ( très beau lac d’altitude) et les plus téméraires peuvent aussi grimper jusqu’au lac de Capitellu. La ballade se terminait,  nous avions repéré au début de la ballade, un refuge qui vendait du fromage et du figatellu, si vous passez par là et que vous le voyez (le refuge, pas le figatellu), n’hésitez pas à prendre le Panini « fromage de brebis / figatellu », une pure merveille, avec une bière corse (la Pietra) et après quelques heures de randonnées, vous penserez certainement entrevoir les portes du paradis gustatif.

En route vers le Sud

Par la suite, nous voulions descendre au sud, pour voir Bonifacio et profiter de quelques belles plages, nous sommes passés par Porto-Vecchio, une ville agréable si vous décidez de profiter de quelques jours en toute tranquillité au soleil mais…vous ne serez jamais très loin de la foule.  Nous, nous sommes également arrêtés pour admirer la baie de Rondinara, celle-ci est située entre Porto-Vecchio et Bonifacio et a la particularité d’avoir une forme de coquillage. Très agréable, si vous êtes amateurs de belles plages, celle-ci vaut le détour.

IMG_1859

Peu à peu, nous arrivions à Bonifacio et ce que je peux dire, c’est que cette ville ne m’a pas déçue. Elle est majestueuse ! Le camping où nous étions, un peu moins ( le combo douche / toilette à la turque ne m’a jamais fait rêver) et c’est pour cela que je ne vous donnerai même pas son nom. De toute façon je ne m’en souviens plus… Mais Bonifacio ! Vous pouvez vous perdre dans ses rues, faire une randonnée le long de ses côtes, flâner dans son port et tout simplement profiter de son ambiance chaleureuse et conviviale. En résumé, on y est bien et je vous conseille vivement de découvrir cet endroit unique !

Dernière étape

Peu à peu le voyage tirait sur sa fin, il était temps de remonter vers Ajaccio pour prendre un bateau qui nous amènerai à Marseille, Ajaccio est belle mais c’est la grande ville, beaucoup de choses à voir comme la maison d’enfance de Napoléon mais à moins d’être un fan absolu du gaillard, cette maison ne vaut pas la peine qu’on s’y attarde. Un petit tour sur son marché vaut également le détour, beaucoup de produits de la région, l’endroit est idéal si vous voulez les découvrir.

Pour le trajet du retour en bateau, nous avons été plus malins, aux sièges inconfortables entourés de ronfleurs, nous leur avons préféré sac de couchage et matelas sur un palier entre deux escaliers. Bruyant mais confortable. Nous arrivions peu à peu à Marseille, le jour commençait à se lever donnant à la ville des couleurs crépusculaires, découvrir Marseille de cette manière est magique et procure un sentiment merveilleux. Le voyage touchait à sa fin mais les souvenirs remplissaient nos têtes et nous inondaient de joie. Juste une pensée nous revenait souvent :

C’était vraiment un beau voyage…

Publié par

Passionée de voyages et amoureuse de notre planète, curieuse de nature et adepte de découvertes. Grande bavarde qui aime aborder une multitude de sujets. J'aime écrire sur tout ce qui m'entoure et vous donner des envies de voyage et des informations, je l'éspère, utiles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s